LA "MINUTE HISTOIRE" !

Vous rêvez d'apprendre de petits détails sur l'histoire du château ? La "Minute Histoire" est pour vous !!

 

Régulièrement sur ce site, nous vous présenterons un focus sur un moment historique concernant notre château et ses alentours.


Des forges et des hommes..

Du château de Puilaurens, par temps clair, vous pouvez apercevoir une montagne en forme de croc… C’est la montagne sacrée des catalans, le Pic du Canigou, qui regorge de richesses… Parmi elles, le minerai de fer…

 

Cette Minute Histoire vous entraîne dans les entrailles de la terre, à la recherche de ce précieux minerai, extrait du néolithique jusqu’au XIX e siècle dans notre région…

 

Saviez-vous que le fer du Canigou a servi, entre autre, à faire les grilles du château de Versailles ? C’est une grande page économique de notre région que celle relative aux mines de fer, aux forges catalanes et aux usines de traitement du minerai …

 

Et c’est une histoire qui remonte au moins au début du XIVe siècle.

Des forges à deux pas du château...

Dès 1308, Gincla affirme sa vocation métallurgique, on y relève la présence d’un moulin à fer.

 

A l'âge d'or des forges, au début du XIXe siècle, entre Ariège, Pyrénées-Orientales et Aude, on recense de nombreuses forges : à Quillan, Mérial, Lafajole, Niort, Belfort, Mijanès, Ascou, Orgeix, Orlu, Roquefort de Sault...

 

Et la vallée de la Boulzane possède deux des plus importants établissements de l’Aude : à Gincla !!!


Matière première, combustible et énergie...

En effet, on trouve ici tout ce qu'il faut.

La région est riche en matière première, le minerai de fer (sous forme de carbonate de fer ou d'oxyde de fer) ; le combustible nécessaire, le charbon de bois abonde partout (il est réalisé dans les forêts avoisinantes) ; et la Boulzane apporte la force de l’eau nécessaire au fonctionnement des machines…

Des forges à la catalane

Dans ces forges dites de bas-fourneau, on obtient du fer, par réduction directe du minerai — sans passer par l’intermédiaire de la fonte comme dans un haut fourneau — puis cinglage du « massé » obtenu.

 

La forge catalane utilise une force hydraulique pour actionner, d'une part, un marteau ou martinet, et d'autre part un système de ventilation, la trompe, destiné à entretenir la combustion du foyer.


Contrairement à ce que peut laisser penser son nom, ce type de forge a été utilisé un peu partout du XVIIe au XIXe siècle dans les zones de montagne, Alpes, Massif central et Pyrénées mais aussi par les premiers colons américains.

Les maîtres des forges

Différents propriétaires se succèdent. Les plus célèbres sont Louis du VIVIER, seigneur du lieu au XVIe siècle et François CASTANIER, important manufacturier textile au XVIIe siècle.

 

On retiendra particulièrement la famille RIVALS-GINCLA qui firent construire en 1805, la maison du maître de Forge, dit le « Château », actuellement « Hôtel du Grand Duc ».

 

Raymond-Antoine RIVALS-GINCLA apporte des améliorations techniques considérables pour l’époque.


L'âge d'or des fers de Gincla à l'aube du XIXe siècle...

Les forges de Gincla acquièrent une renommée consacrée lors de l’Exposition Universelle de Paris de 1805.

 

A cette époque, deux forges existaient :

- la Forge Haute transformée au XXe s. en usine électrique

- la Forge Basse (en aval du village de Gincla) qui fut transformée en scierie.

 

Les propriétaires suivants gèrent tant bien que mal les forges dans un environnement de concurrence sur les métaux forgés, de plus en plus défavorable à la sidérurgie au charbon de bois.

 

Les époux POUILHARES reprendront l’exploitation en 1832 ; pour couvrir les besoins en bois, ils feront des coupes extraordinaires qui porteront atteinte aux droits des habitants en bois de chauffage.

 

Le dernier propriétaire, Charles VUILLIER s’installe en 1861 et fait fonctionner les forges au ralenti. La production, à cette époque, est de 11400kg de fer par an.

Pour qui sonne le glas...

Avec le développement des hauts fourneaux et de la sidérurgie au coke, qui voit l’essor de régions industrielles comme la Lorraine, le fer issu des forges à la catalane n’est plus assez concurrentiel. Les établissements ferment alors un à un. Le dernier en fonctionnement à Gincla ferme en 1865.

 

Les scieries et industries textiles vont alors remplacer les forges…